Introduction à l’économie des services PDF

Ces entreprises ont pu utiliser leur richesse pour racheter ou étouffer toute concurrence.


Les services sont au coeur de nos économies modernes. À la fois par leur contribution à l’emploi, au PIB, à l’innovation et à la performance globale du système productif, ils constituent véritablement la «nouvelle richesse des nations».

Ce manuel vise à présenter l’essentiel des éléments du débat contemporain sur l’économie et la société de service. Au-delà des clarifications conceptuelles et de la présentation des principaux traits et caractéristiques de ce secteur déterminant, l’ouvrage propose une analyse détaillée des dynamiques qui l’animent et les illustre par de nombreux exemples.

L’ouvrage est destiné prioritairement aux étudiants de master en économie, aux étudiants des IUP, des écoles d’ingénieurs et de commerce. Plus largement, il constituera une référence utile à tous ceux (universitaires et professionnels) qui souhaitent comprendre les enjeux d’un des secteurs les plus importants de nos économies contemporaines.

Faridah Djellal est professeur à l’université de Tours. Au sein du Groupe d’études et de recherches sur la coopération internationale (GERCIE), elle mène des recherches à l’intersection de l’économie des services, de l’économie de l’innovation et de l’économie du travail et de l’emploi.

Camal Gallouj est maître de conférences à l’université de Lille 1 et membre de la Commission des comptes des services. Ses travaux, qu’il mène au sein du Centre Lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE), visent à mieux comprendre la spécificité des services au regard de l’économie de l’innovation, de l’économie du travail et de l’économie régionale et urbaine.

Est-ce que l’infrastructure sur laquelle la société compte maintenant (surtout sans y penser) pour transporter tout ce trafic continue? Google Scholar Toivonen, M., et T. Tuominen. 2009. Emergence d’innovations dans les services. Quatrièmement, les investissements du gouvernement central et de ses entreprises publiques et des banques d’État ont commencé à augmenter, notamment la mise en place de nombreux immeubles de bureaux ostentatoires et de projets d’image urbaine (par exemple, le transport par train à lévitation magnétique à Shanghai). projet, qui a été lancé au début des années 2000).-}