Une lettre en hiver : Et autres poèmes (1963-2005) PDF

Son entourage expansif de surfaces peintes a parcouru les États-Unis pour se terminer par une exposition de trois mois au Grand Central Terminal de New York.


sous les averses de pluie rappelons-nous la chute de constantinople. au long des décennies sa grandeur est allée décroissant, les mécanismes du pouvoir se sont corrodés, les affaires de venise et de gênes, la recrudescence des ennemis proches, les querelles de famille, les morts et les alliances, la maladie, la pourriture, et ce qui devait arriver est arrivé. les églises n’ont pas réussi à s’unifier. la chrétienté continuait à opposer deux europes, d’orient et d’occident, comme deux nuits désaccordées ou comme les dents éparpillées par cadmos. imperturbable, le concile discutait de la provenance du saint-esprit. émanait-il du père, du fils, ou bien des deux, et du sens des prépositions, quelles explications pouvaient renforcer le symbole, et de l’autorité de saint basile face à eunomius, ou des raisons de marc d’éphèse. entre-temps constantinople pourrissait et l’hiver s’emparait de l’histoire dans son immense et fluviale dimension et les conciliaires changeaient de ville à cause des frais. ça coûte cher de discuter.

Choate (avocat et diplomate américain, 1832-1917) lui demandant de parler. Se tournant vers son guide, le poète Susan Howe, il s’exclama: «L’Américain Chartres!» Prenant l’exclamation de Fourcade sous son titre, Bruce Ja. (Lire la suite). Une vaste collection de diapositives et de sérigraphies, ainsi que des dossiers administratifs, des coupures de presse, de la correspondance, des descriptions d’expositions et des dépliants, des photographies, des écrits créatifs et diverses publications du collectif d’artistes de Sacramento.-}